mercredi 24 janvier 2018

FREE- Mamma

Bon, alors là c'est du lourd, je ne vais d'ailleurs pas me faire que des ami.e.s et même peut-être que je vais me faire des ennemi.e.s parmi mes ami.e.s (qui soit-dit en passant ne sont pas alors de vrais ami.e.s vous me suivez? )

Bref, en ce mois de combat contre le syndrome Calimero (vous voyez, ces gens-qui-se-plaignent-tout-le-temps dont je fais bien sûr partie, sinon ce blog n'existerait même pas) et bien, au lieu de me plaindre plusieurs fois de plusieurs petites choses qui m'incommodent , je vais me plaindre UNE fois, mais une bonne hein et magie, je ne me plaindrai même pas de mes enfants!

Revenons à nos moutons, je tombe, il y a quelques jours sur cet article de grand journalisme :


Je m'interroge alors intérieurement (soliloquer est constant chez moi) "mais bordel, ils vont quand même pas nous faire chier avec leurs défis à la con au point de nous empêcher de râler et de maudire cette putain de vie de merde QUAND ON EN A ENVIE, SA RACE!!!!" (et peut-être même que je l'ai dit tout haut d'ailleurs). Bref je m'éloigne je m'éloigne, je digresse et oui, avec ces défis à la noix, avec ces "jours" imposés au calendrier tout le monde doit se comporter de la même manière tout le temps. Déjà qu'on se tape tous en même temps en Occident ces fêtes de fin d'année de merde et que, pour beaucoup, on est de mauvais poil à la fin des vacances, faudrait en plus avec le "Black Friday" dépenser tout notre fric (qu'on n'a plus fin du mois soit-dit-en-passant) pour des conneries dont on n'a pas besoin, déprimer tous ensemble le jour du "Blue Monday" (pas besoin d'un jour spécial pour déprimer en plus de mon anniversaire, et souvent ça tombe au même moment), bref je vous passe les détails.  

Chacun choisira ou pas de fêter ces jours particuliers et de les ajouter à son bullet journal (oui, il FAUT aussi avoir un Bullet journal, le super agenda qui prend 25 ans à faire, genre t'as rien d'autre à foutre que de la calligraphie quand tu rentres du boulot, que tu dois faire à bouffer, préparer tes cours, vérifier les devoirs et faire tourner vite fait une machine de slips et chaussettes???).

Et puis, c'est pas tout ça, mais en février, exit le petit verre de pinard que tu te sers le soir au souper, oui parce qu'on a décidé A TA PLACE que c'était tournée minérale, et que tu ne boiras pas d'alcool parce que l'alcool, c'est maaaal, ça sert à rien, c'est inutile donc tu vas t'abstenir pendant un mois pour te re-murger le 1er Mars... 

Et là, pour le coup, en même temps, ce sera effectivement que du bonheur parce que tu t'es battu.e pour ça et que tu as rien laché! STTTTOOOOOOPPPPP, QUI est le CONNARD qui a prononcé "pour le coup" et "on lache rien" qu'on entend TOUT LE TEMPS chez les journalistes, dans les interview, chez tes propres élèves, mais WTF ça sort d'où? ça veut dire quoi et pourquoi tout le monde répète tout le temps ça? 
Et toute la phrase en italique en fait, elle ne veut RIEN dire, parce que partout, tout le temps , je dis ça je dis rien, mais on parle avec ces formules vides de sens pour ne rien dire. Et bien alors , NE DIS RIEN !
Oui, parce qu'en plus tout le monde "se bat", "ne lache rien" tout le temps pour tout, pour réussir sa génoise ou son insert passion, pour décrocher la pochette à paillette tendance qui te fera valider ton look, pour chanter ta chanson pourrie devant le jury pourri du télécrochet pourri (autant que ses animateurs) de la RTBF. Mais putain, ils se sont déjà battus pour ou contre quelque chose dans la vie? On peut se battre contre le cancer, contre les centres fermés, pour l'amélioration du traitement réservé aux migrants, pour trouver un boulot, pour réussir son Capaes, MAIS on NE se bat PAS pour une putain d'épreuve d'une putain d'émission de télé-réalité de MERDE! (désolée pour la vulgarité, c'est pas politiquement correct non plus...)

Donc je résume, pour l'instant , je veux être libre de boire quand je veux, d'être déprimée quand je veux, d'acheter de la merde quand je veux et de m'en plaindre quand je veux. 

Mais, attendez, c'est pas fini! Ce soir on mangé des quiches à la maison, faites maison, sauf la pâte, désolée, oups, j'ai donné plein d'OGM pas bio à mes gosses. Et non, tu ne fais pas partie des 1,2 millions de ménages dans le monde qui bouffent TOUS la même chose cette semaine parce qu'ils font partie de la secte Hello Fresh, ben oui quoi, tu as choisi, toute seule ce que tu allais préparer en regardant ton frigo, normal quoi...Bah oui, le couscous à l'Halloumi et légumes grillés et le risotto aux champignons,  y a pas besoin que tu reçoives les ingrédients dans une boite et que tu joues à la dinette pour savoir ce que c'est ... Magie, il existe autre chose que les pates bolo et saucisse compote purée sur terre mais , on ne m'avait rien dit, je vivais dans un bunker pendant tout ce temps?
Bref, la mondialisation de la bouffe ne passera par moi. Je continuerai tranquillement à regarder dans mes livres de recettes (oui un livre, avec des pages que tu tournes et tout), puis je ferai mes courses au Colruyt via collect and go, mon mec ira les chercher en rentrant du boulot et paf, tout sera dans ma cuisine bien rangé le lendemain. Et même que je pourrai improviser un truc si des potes sont dans le coin , je ne devrai pas leur dire : "désolée, aujourd'hui c'est riz aux crevettes façon paella et c'est prévu que pour 4 donc tu auras un croque monsieur, c'est tout ce que j'ai dans mon frigo". Ben oui , tu dois quand même te taper les courses pour manger au petit dej et nourrir tes enfants à midi non? 

Alors c'est sûr que la famille zéro déchets avec Hello Fresh, c'est rapé... Mais ça AUSSI ça me gave, zéro déchet, je vais t'en donner moi du zéro déchet! On achète des boites à tartines, des boîtes à goûter (parce que qu'on n'achète plus en portions individuelles ici), des gourdes (parce qu'on en boit plus que de l'eau à l'école) et bim, le 15 septembre, plus aucun couvercle et au 24 janvier, on est à la 4e gourde (perdue, fuites, cassée), bonjour le zéro déchets... Les 10h, parlons-en, "j'en veux pas de ton cake sec et de tes gaufres ramollos" et puis vous croyez que j'ai rien d'autre à foutre de mon week-end que de cuisiner pour la semaine franchement? Si je veux éviter le burn-out parental qui nous guette TOUS, et bien, le weekend je profite du temps pour faire la sieste, lire, prendre un bain, sortir, regarder des conneries à la télé avec les enfants, faire du sport avant de me taper un cancer, comme tout le monde, à 50 ans... Alors j'ai aussi essayé d'acheter tout en vrac et bio et puis je me suis tapé des mites alimentaires dans mes placards (merci les graines bio), tu vois celles qui pondent des petits oeufs d'ou sortent des petits vers que tu retrouves dans ton riz, tes lentilles, ta farine et puis là, c'est plus zéro déchet, c'est 100% déchets et tu jettes TOUT ce que tu as dans tes placard ou alors tu bouffes des insectes mais, franchement, c'est pas mon truc. Même si j'ai essayé de réduire mes déchets un max et d'éviter comme je peux le suremballage et le gaspillage, je dois me résoudre à la conclusion que je N'AI PAS le temps de faire mon shampoing, ma lessive, je bosse, merde à la fin!

Je vais peut-être arrêter le massacre ici, même si je vous dirais bien que Netflix aide aussi à la mondialisation des programmes TV, car oui, on a TOUS regardé la 2e saison de Stranger Things en même temps, que Brain nous fait tous rire avec les mêmes articles et des mêmes personnes, que Spotify fait en sorte qu'on écoute tous les mêmes playlist faites par algorithme, qu'Instagram nous donne à tous envie de partir dans les mêmes lieux de vacances ou, à force de nous montrer des mères parfaites dans des intérieurs parfaits avec des enfants parfaits, nous donne un bon gros coup de pression, à nous mères de seconde zone, dans des petites maisons imparfaites de périphérie en bordel total, aux enfants crottés, qui n'ont plus le temps de peindre, patisser, jouer, lire avec leur progéniture qu'elles aiment. Mais pour tout ça, je suis une victime consentante. 

Bref, oui je veux être libre à 38 ans de vivre comme je l'entends, loin des diktats et des gens qui me jugent si je bois un coca, si j'ai toujours pas le permis, si j'achète un jeans et une chemise à ma fille chez H&M, si je ne supporte pas qu'on me dise de me calmer, si j'ai racheté un iphone même si l'autre fonctionnait toujours, si j'aime pas "les gens", si je donne un Prince au chocolat à mon fils, si j'ai acheté 2-3 trucs dans des horrriiiiibles enseignes de fast-fashion pendant les soldes, si je joue avec mon téléphone alors que mes enfants sont dans le pièce, si parfois on bouffe un bon gros McDo parce qu'il y en a marre des graines, lentilles et du choux, si j'ai pas la patience d'acheter toutes mes fringues en seconde main, si je suis allée voir un blockbuster au Kinépolis, si j'ai 50 paires de pompes, si je suis vulgaire, si je fume des clopes et si j'ouvre trop ma gueule.




Alors, on est toujours ami.e.s? 


samedi 13 janvier 2018

Vomito- âmes sensibles s’abstenir

Attention, ce qui suit va peut-être nuire à votre système digestif
.
.
.
.
.
.
Vous aurez été prévenus...

Le jour où est apparu le béni emoji vomi, je me suis sentie plus légère et COMPRISE. 
                 
J'allais, virtuellement bien sûr, pouvoir partager mes désordres intestinaux sur messenger, par sms etc. 
exemple : ma soeur "ça s'est bien passé la soirée hier?"
       moi: 



Mes proches connaissent le lien très étroit que j’entretiens avec le vomi, il fait partie intégrante de ma vie, j'ai des souvenirs liés au vomi  "tiens, je me souviens avoir vomi dans tel ou tel lieu public,  café, théâtre ou dans telle ou telle voiture...". Je ne souffre, fort heureusement d'aucune maladie, mais on pourrait expliquer cette présence de la gerbe (dégobillation, regurgitation, dégueuli) dans mon existence par plusieurs choses:

1. mal des transports (voiture, car, bus, bateau -du voilier au Ferry en passant par le Pays de Liège-)

2. petit coeur  estomac fragile qui réagit mal au stress ou aux émotions fortes (pré-examen, exposé, départ)

3. consommation ultra-rapide/ excessive/mélange d'alcool(s) en société pour "déstresser", profiter, il y a même un nom pour ça: binge drinking (associé à certains médicaments c'est le summum)

4. hypersensibilité au rotavirus depuis que je suis mère (alors si tu ne connais pas le rotavirus c'est que soit tu ne fréquentes pas de jeunes enfants, soit tu n'as pas d'enfants, soit tu es très chanceux.se, soit tu vis dans le monde merveilleux des bisounours où ni la gerbe ni la diarrhée n'existent. Le rotavirus c'est un virus (fatalement) hyper contagieux qui touche les jeunes enfants (et les adultes aussi malheureusement) qui consiste à se vider de tout son liquide par voie buccale et anale, tu piges? Le problème c'est que c'est comme le renard qui passe, quand il rentre dans ta maison, tu SAIS que tu l'auras mais tu ne sais pas quand, surpraiiiiize!!!!!! au boulot? la nuit? en bagnole? dans le bus? Alors, tu ne peux pas te balader avec un seau ou un lange mais tu guettes le moindre signe et puis paf, sans crier gare, c'est pour ta pomme. On l'a longtemps appelé grippe intestinale ou gatro-entérite virale, moi je trouve que rotavirus c'est beaucoup plus imagé. Il y a un vaccin pour les petits, mais il ne sert à RIEN.

Bref, je pourrais retracer les grandes étapes de ma vie en me référant aux moments et aux lieux où j'ai vomi: 
premières vacances à Guardiagrele, visite du village de Chieti, première traversée de la Manche en Ferry, balade en voilier à Ostende, visionnage d'une émission sur la libération des camps de concentration en 4e secondaire, préparation du tournoi d'éloquence, trajet de bus (dans le bus), Pièce d'Ibsen au Théatre de la Place (DANS la salle), 4e soirée à la Soundstation, 1ère et 5eme fêtes du vin, 1er marché de noël sans enfants, 1ère soirée Gin Tonic, 1ère soirée cocktails à la maison, 1ère et 3e soirées blanches, GROSSESSES, 14e XV aout en Outremeuse (ahhh le parking sous-terrain de l'école dont je tairai le nom), 1er et 4e soupers de l'amicale, 2e Willy, et j'en oublie probablement des tas! Ajoutez à cela tous les épisodes dans le noir de ma salle de bain en pleine nuit, au radar sans lunettes... Je demande pardon à ces nombreux sols, éviers, WC, cafés, voitures, portières, vêtements, écharpes que j'ai souillés.

J'ai aussi une copine de vomi (on fait les pauses: une fois elle, une fois moi), une soeur dévouée et un mec trèèèès compréhensif. Ils veillent à ce que j'aie enlevé mes lentilles, pris ma pilule (avant car le stérilet c'est plus pratique), m'aident à me rafraichir et à ce que j'aie des vêtements propres.

Bref, les gens qui me connaissent savent ça et sont hyper réactifs. Je ne peux donc malheureusement jamais anticiper car la fréquence et l'occurence de ces épisodes sont totalement liées au hasard.

Malheureusement, j'ai de plus en plus souvent la gerbe en ce moment et j'utilise régulièrement l'emoji vomi pour de la vraie gerbe virtuelle quand je lis les médias numériques ou sur les réseaux sociaux. Trump et sa sortie sur "les pays de merde", Benjamin Maréchal et ses émissions à gerber (Vivacité tout court ça file la gerbe en fait), la lettre ouverte au Monde des vieilles putes qui ont envie de tester leur potentiel de séduction en se faisant tripoter "maladroitement" dans les lieux publics, les commentaires/post racistes et réacs de vieux et jeunes cons sur la question des migrants sur facebook et dans la vraie vie, la prétention de certaines personnes sur les réseaux sociaux, oui, malheureusement, tout ça AUSSI et surtout, ça me file une bonne grosse gerbe que malheureusement je ne peux pas expulser sauf en logorrhée (qu'on peut comparer à une diarrhée ou gros flot de dégueuli de mots) colérique et engagée.

Bon appétit et bon we ;)






mercredi 10 janvier 2018

Capaes, poil aux fesses

J'ai retrouvé ce post en mettant un peu d'ordre, il a été écrit il a un peu plus d'an et depuis, l'eau a coulé sous la Vesdre, mais mon opinion sur le sujet n'a pas changé ;) 


Allez, c'est cadeau de Nouvelle année:



Bienvenue en 2017 (presque)

Bienvenue dans ce monde où cela fait 18 ans que je suis majeure (et pas en ordre de vaccins) et où une bureaucrate n'est pas fichue de répondre au téléphone par oui ou non, de répondre à un fichu mail pour savoir si ce jxkb😌€/"9:&3'é de Capaes est réussi ou non, parce que c'est trop dur de faire rouler son gros cul sur sa chaise de planquée à la FWB (pardon, c'est mon employeur) et de double cliquer (ou cliquer /faut pas trop demander) pour ouvrir ton dossier pour te répondre OUI-NON . Ce sont les 1ers mots que mes enfants ont dit, surtout NON (à part Raoul, Sacha) et cette sur-diplômée est incapable de le faire. Peut-être n'a t elle pas souffert ces deux années de Pesu00016-48-27 ,aussi ,du coup la pédagogie, c'est certain elle ne connaît assurément pas... 
Bref, cette charmante dame ne sait pas ce que c'est de se taper 2x/semaine aux cours de 17 à 21h après avoir donné 7h de cours, prévu le repas de tes gosses, rentrer en bus dans le froid. Certainement, réalise un blog (tiens c'est cadeau: http://wordpress.com/view/juliehirt.wordpress.com), elle n'a pas réalisé de Mind Map, de Timeline sur , accroche-toi "Les mutations et inégalités sociales dans l’Enseignement Supérieur en Europe", souffert pour pondre en 20 pages un condensé de 4 ans de travail en Haute Ecole et digéré de la pédagogie (parfois indigeste), suivi des cours en ligne sur les questions socio politiques de l'enseignement  et réfléchi sur l'impact du Décret Paysage sur tes pratiques! C'est certain, elle n'est pas practicienne réflexive et Perrenoud pour elle , c'est reste au stade de Laurence ! Alors là, quand je touille l'eau de mes pâtes et la sauce en même temps (je suis polyvalente moi madame), je me dis qu'on ne vit pas dans le même monde!!!
Bref, ces ronds de cuir commencent sérieusement à me taper sur les nerfs avec leurs décrets débiles, là-haut dans leur tout d'ivoire , à décider pour nous et nos étudiants , à quelle sauce ils nous mangeront? Y aura t il toujours du boulot pour tout le monde en 2020? Elle s'en tape la grognasse planquée au bureau A4/ h-r / droit/ impair , elle ne gagnera pas plus à la fin du mois (moi si) , si elle fait l'effort d'être sympa ou humaine ...

                                                     

mercredi 20 décembre 2017

Mise au point

Alors, It-Mamma, au début c'était un passe-temps, là je n'ai plus "vraiment" de temps mais c'est clairement devenu une passion. J'adore écumer le net à la recherche de pièces, trifouiller sur les brocantes pour l'inspiration, ouvrir grand les yeux dans les musées, les villes, décortiquer l'architecture à la recherche de formes nouvelles. Je ne suis pas pro parce que j'ai un "vrai" métier qui me prend beaucoup trop de temps, mes photos sont pourries parce que je les prends avec mon téléphone et que je n'ai pas les moyens de me payer les services d'un professionnel, mes bijoux n'ont pas des prénoms de filles/femmes parce que je trouve ça très très "cucul", j'ai un joli logo fait par mon beau-frère graphiste mais mes porte-bijoux sont fabriqués maison, souvent peints par mes enfants, bidouillés par mon mec au dernier moment. Je suis freestyle, c'est ma marque de fabrique, je ne fais pas 15 fois la même paire de boucles d'oreilles parce que ça me saoule et que , d'une fois à l'autre j'oublie ce que j'ai fait. Je ne sais pas me vendre parce que je suis timide. Quand on me demande si je fais mes bijoux moi-même et bien, je sais pas quoi répondre parce que je me sens à 1/2 légitime vu que désolée j'ai pas une imprimante laser numérique pour métaux dans mon salon. 

Et puis un jour, quand j'en aurais ras-la-frange, que je me dirais que je ne suis plus capable d'innover, que le géométrique est devenu has been, que toutes les créatrices liégeoises font la même chose ou que les bijoux-tout-court c'est has been et bien je me ferais un plaisir de gonfler les poubelles de merde de la Ville de Liège avec tout mon matos et ENFIN profiter de cette p$^ù^ç de taxe immondices supplémentaire de merde que je suis obligée de payer pour rien en tant qu'indépendante complémentaire  avec mes 3 grammes de déchets par semaine. Puis, je me tirerai avec tout le blé que j'ai gagné en prenant un aller simple pour New York (trop cher le retour) ou au mieux en bus Eurolines pour Wimereux et tout sera FINI. 
Sur ce, je vous laisse, je pars chercher l'inspiration en partant en voyage dans ma cuisine ou dans ma salle de bain. 

Bisous

lundi 4 décembre 2017

Distraite-mamma

L'autre soir j’ai littéralement failli me faire renverser par un bus. Ce n'est pas un mot d'esprit, c'est bien réel! Il était 17h40, nous sommes fin novembre, place Général Leman (avant le grève des bus bien sûr, si j'avais bien choisi mon jour, cela ne serait pas arrivé), il fait noir, je suis épuisée, je veux rentrer chez moi, voir mes gosses, voir mon mec, manger, dormir, ce bus je ne l’ai pas vu, il a klaxonné , je ne l’ai pas entendu... je n’étais pas en train de tripoter mon téléphone ni de farfouiller dans mon sac ni d'écouter de la musique, simplement en train de traverser la rue jusqu’à à l’arrêt de bus pour enfin rentrer chez moi, préparer à bouffer, bosser sur mon cours de demain pour ne pas le découvrir en même temps que les étudiants (j’allais écrire les enfants ) et peut-être avoir le temps de prendre une douche avant de sombrer dans le canapé... J’ai failli me faire renverser par un bus et ses énormes coups de klaxon me résonnent encore dans les oreilles ... Et si, tellement perdue dans mes pensées je ne l’avais pas entendu? Un gros tas de moi écrabouillé sur la route et deux pauvres orphelins de mère hystérique... 
Qu’est ce qui occupait mes pensées? Le super savon que j’allais passer par mail à mes p!@&:€: d’étudiants qui sèchent mon cours toutes les semaines, certainement parce qu’ils se sentent "trop intelligents" ou n'estiment pas avoir besoin d'assister à ce cours de merde, on verra à l’autopsie comme disait ma mère . Et en plus , ces avortons , n’assistent pas aux leçons que présentent leurs petits camarades , aucun respect, de moi, des autres, du cours , de leur futur emploi, de leur formation.
Bref, j'étais perdue dans mes pensées, mon esprit pollué par le boulot, encore et toujours, même la nuit quand je ne dors pas c'est au boulot et à tout ce que je dois faire que je pense. Ce n'est plus uniquement mon cerveau qui est grillé, brûlé, il sont marrants avec le burn-out au boulot, moi c'est burn-out boulot/familial/de la vie en gros, TOUT me dépasse, me submerge :job, enfants, ménage, repassage, entretien de la baraque, plus le temps pour la famille, les amis, la culture, une vie de robots pas si bien huilée que ça...

mardi 12 septembre 2017

le travail c'est la santé (mentale)

Pour la première fois depuis 5 ans, j'ai la perspective d'avoir du boulot jusqu'au 15 septembre (attention 2018)! Extraordinaire me dis-je! Et oui ma grande, tu vas ENFIN pouvoir arrêter de te plaindre de ton pauvre sort après ces années de vache maigre où tu récupérais des bouts de cours de bouts de classes et des bouts de salaires. Plus besoin d'aller voir tes gentils (pas tous 👹 ) copains de la CGSP qui aiment te prendre pour une débile mentale.

Mais, parce qu'il y a toujours un "mais" avec moi, la vie cool peinard et la tentative de gestion de la zénitude que j'ai vécue du 1er Juillet au 20 août est DEFINITIVEMENT derrière moi. Finies les journées où ton programme se résume à lire-manger-bronzer-nager-bronzer-lire-crier sur les gosses -lire-lire-manger-boire-crier sur les gosses- boire-boire-dormir...


Alors, oui, me plaindre et râler/jurer c'est un peu mon fond de commerce (mes potes savent que P***** est mon mot préféré), donc je vais donner de l'eau à votre moulin et je vais RALER, un peu sur tout ce qui est lié au Travail. J'ai lu la génialissime BD d'utilité publique d'Emma http://emmaclit.com/ qui s'y attaque  après avoir brillamment soulevé le problème de la charge mentale et j'ai réfléchi à mon expérience personnelle


TRAVAIL/LE  ce sacro-saint mot dont on nous a assommé(e)s depuis qu'on a 6 ans..
.

TRAVAIL, ce mot qui a régulé mes humeurs, ma dépression, mes neuro-transmetteurs depuis que je suis entrée dans la vie active. 
En résumé: j'ai pas de travail, j'ai trop de travail,je suis vraiment vraiment mal payée pour ce putain* de travail , je vais quitter ce putain* de travail, je HAIS mon travail, je veux du travail, j'en peux plus de ce travail, mon travail c'est ma vie, ce putain* de travail m'épuiiiiiise, je ne peux pas m'épanouir dans ce travail, j'ai BESOIN de m'épanouir dans mon travail, c'est juste un travail tous comptes faits, tiens si je faisais des bijoux?

Le travail ou non-travail, ça rend schizo... Quand j'en n'avais pas je pleurais, maintenant que j'en ai trop, je pleure aussi 


(j'ai une fascination pour les portraits d'enfants qui pleurent de la seconde moitié du XXes)


👉 Tout d'abord  je ne trouve pas normal que des personnes talentueuses, brillantes, courageuses galèrent pour trouver un putain* de job et soient contrôlées par des instances qui s'apparentent à la Gestapo. J'ai vécu ça avant de trouver ma voie, je me suis sentie aussi moche, nulle et puante qu'une merde, recalée à des examens pour des jobs, recalée à des entretiens d'embauche, trop de diplômes, pas assez d'expérience etc. , etc... On a passé des mois avec un seul salaire pour payer une baraque (petite et modeste), une bagnole et entretenir deux gosses, je vous jure qu'on n'a pas rigolé!

👉 Ensuite, j'en ai MARRE de m'entendre dire , depuis que je suis passée du côté obscur, que je ne suis qu'une "prof"qui donne un cours débile à des débiles (et en plus en Haute Ecole, du coup trop snob pour les profs de secondaire et pas assez"pointue" pour les profs d'Unif - VERIDIQUE)

Oui, ok, les profs foutent RIEN, ils ont plein plein plein de congés pour rien faire du tout (préparer leurs cours, leurs lectures, s'intéresser à la vie culturelle qu'ils vont enseigner à tes gosses en passant), ils ne travaillent "que" 16 heures/ semaine (vas-y,16 h c'est chez les bisounours, viens parler 32heures semaine entre Liège et Verviers de l'accord du participe passé des verbes pronominaux à ma place ou du travail de l'inférence avec des élèves de 5e primaire en vue de la préparation au CESS de tes gosses), ils sont bien trop payés (j'ai quand même posé  4+1+1,5 années mon gros cul sur les bancs inconfortables de l'U Lg...)

👉 Du coup, j'ai décidé que mon travail , ce n'était pas ma vie. Alors oui vous allez me dire que c'est un peu facile quand on en a... effectivement c'est plus confortable...J'ai du boulot, champagne mais j'ai PLUS DE TEMPS, ma charge mentale

 en prend un coup même si j'ai un mec qui participe activement à la gestion logistique de notre mini-entreprise de Kinkempois.

(Au cas où tu ne le saurais pas, lcharge mentale ménagère, généralement simplement charge mentale, est un principe de sociologie traitant de la charge cognitive que représente, généralement, la gestion du foyer au quotidien pour la femme dans un couple hétérosexuel/ source Wikipédia)

Mais mais mais alors, comment rentabiliser son temps lorsqu'on n'en a plus?


-Ecouter des podcasts de France Inter ou France Culture et faire travailler ses neurones en faisant du sport

-Préparer ses cours en délibés (au total 20 heures sur 4 jours enfermés en huis clos dans une classe qui finit par puer le poney avec du café dégueu et des discussions parfois/souvent stériles)
-S'informer sur les alternatives au DIU (Dispositif Intra Utérin) en roulant à vélo
-Faire de la pleine conscience en préparant son souper (je coupe une courgette, la courgette est un légume, la mandoline est un outil dangereux)

En plein sevrage de perturbateurs endocriniens, d'inhibiteurs de recapture de la sérotonine, d'anti-transpirants au sel d'aluminium tout cela devient une épreuve de force et je vous raconte pas l'ambiance de ces premiers jours de septembre!👯





to be continued...